» Faire un crédit immobilier : l’apport personnel n'est pas indispensable

Faire un crédit immobilier : l’apport personnel n'est pas indispensable

Pour obtenir un crédit immobilier, l’apport personnel n’est pas obligatoire ni indispensable. Toutefois, il influe considérablement dans l’octroi du prêt par la banque.

 

 

credit immobilier

 

Qu'est-ce que l’apport personnel ?

Comme son nom l’indique, l’apport personnel est le montant que l’on apporte dans son projet immobilier. Il peut provenir de son épargne, d’un emprunt familial, d’un héritage ou de donations.

Il peut aussi venir d’un petit emprunt comme le prêt à taux zéro plus. Pour être clair, il s’agit de l’argent que l’emprunteur peut fournir dans l’achat du bien immobilier, notamment d’un appartement, d’une maison, d’un local commercial, etc. Le reste est financé par la banque dans le cadre du pret immobilier.

La banque apprécie généralement que les clients fournissent les 10 % du prix du bien. 20 à 30 % permet de garantir l’octroi du crédit et de bénéficier d’un taux plus bas. Il est à noter que l’emprunteur peut obtenir un meilleur taux d’intérêt en fonction de l’apport fourni.

L’apport personnel n’est pas indispensable

Malgré l’intérêt que l’apport personnel peut constituer pour la banque, il n‘est pas pour autant indispensable ni obligatoire pour obtenir un crédit immobilier. Les organismes prêteurs acceptent les dossiers de prêt s’ils constatent que l’emprunteur est capable d’assurer le remboursement.

D’autres critères plus importants entrent en jeu pour l’acquisition d’un crédit, tels que le niveau d’endettement, les revenus ou encore la capacité d’épargne. Ils sont pris en compte de manière plus sérieuse que la participation financière du client dans l’achat du bien immobilier.

Sans un apport personnel, les banques restent très strictes sur certaines conditions. Elles financent de manière générale l’achat et même le frais du notaire, mais en contrepartie elles exigent une grande transparence de la part de l’emprunteur qui doit être un bon payeur. Elles proposent généralement des taux avoisinant les 3,9 % et 4,5 %.