» Le contrat PERP

Le contrat PERP

Réformé en 2010, le contrat PERP suscite de plus en plus d’intérêt chez les français. Ce produit d’épargne se présente comme l’une des meilleures solutions pour une retraite dorée. Découvrez comment ce contrat peut être avantageux pour vous.

Le PERP ou Plan d’Epargne Retraite Populaire est un contrat d’assurance individuel et facultatif. Il est ouvert à tous, peu importe le statut professionnel. Ce contrat est scindé en deux parties :

1ere partie : La période d’épargne

Au cours de cette période, le souscripteur effectue des versements à l’établissement (banque, assurance ou mutuelle) qu’il a choisi. Ces versements sont déductibles des revenus imposables dans certaines limites. De plus, il a le choix entre des versements libres ou des versements programmés. Il a la possibilité de réduire les sommes versées, de les augmenter, de les suspendre ou de les arrêter. L’épargnant a également le choix entre divers types de contrats tels que la rente viagère différée, l’unité de rente ou en point de rente ou les contrats multisports.

Même s’il faut attendre généralement le départ à la retraite pour percevoir sa rente, il existe de nombreuses situations où le souscripteur peut sortir en capital dans le cadre du contrat PERP :

Avant le départ à la retraite : Surendettement de l’assuré, invalidité, décès du conjoint ou partenaire lié par un PACS, fin des allocations chômage, cessation d’une activité non salarié à la suite d’une liquidation judicaire de la société…

Lors du départ à la retraite : Déblocage du capital pour l’achat d’une résidence principale ou au cas où la rente est inférieure à 40 euros par mois.

2ème partie : Le départ à la retraite

C’est le moment pour le souscripteur de bénéficier des versements effectués. En effet, il perçoit une rente viagère. Il récupère 20% du capital du PERP et les 80% restants lui sont reversés sous forme de rente viagère.

Il faut savoir que la rente est soumise aux prélèvements sociaux et à l’impôt sur le revenu. A chaque versement de rente, il y a aussi des frais d’arrérage à payer. Ils varient selon les établissements entre 0% et 4%.