» Comment réussir sa location saisonnière : 5 astuces

Comment réussir sa location saisonnière : 5 astuces

Cet été vous souhaitez louer une maison en bord de mer, un chalet pour profiter de la quiétude des montagnes ou tout simplement un studio à la capitale ? Mais comment vous assurer que l’annonce qui vous intéresse n’est pas fictive ? Nombre d’annonces alléchantes fleurissent sur Internet, rien qu’en France ce sont chaque été près de 500 000 biens locatifs qui sont proposés par des particuliers ou des agences de location. Pour éviter que vos vacances ne tournent au fiasco et être sûr de faire une bonne affaire, voici quelques conseils.

Le premier conseil est sans doute le plus logique et pourtant chaque année de nombreux vacanciers se font avoir : méfiez vous des annonces trop séduisantes ! Si on vous propose une grande villa avec piscine à Biarritz pour la modique somme de 300 euros par semaine, méfiance ! Car pour appâter le vacancier, les arnaques sont nombreuses. Bien souvent il s’agit de pirates qui diffusent de fausses annonces attractives en se faisant passer pour des professionnels. Et dans ce genre de cas, un acompte vous est souvent demandé.

Nos conseils : ne jamais verser un centime avant d’avoir vu le bien en question. Si vous ou l’un de vos proches ne peut se rendre sur les lieux, petite astuce : entrer l’adresse du bien locatif dans Google Maps, cela vous évitera de louer un terrain vague ! De même, prenez toujours contact avec le propriétaire du bien. C’est l’un des bons réflexes à adopter pour éviter les escroqueries. Pour cela privilégier l’entretien téléphonique, toujours plus révélateur qu’un simple échange de mail. Enfin, sachez que passer par une agence immobilière vous garantit le sérieux du propriétaire.

La réservation du bien locatif

Soyez des plus attentifs lors du règlement de votre résidence d’été. Si au moment de la réservation, le propriétaire vous demande de régler l’intégralité du montant, soyez méfiant. Généralement, à ce stade le propriétaire n’exige qu’un acompte n’excédant pas les 30 % du prix de la location.

Le contrat de location

Comme à chaque étape de la recherche d’une location d’été, redoublez de vigilance. Lisez attentivement le contrat de location avant d’y apposer votre signature. Ce contrat doit être rédigé en deux exemplaires et signé par les deux parties : le loueur et le propriétaire du bien locatif. De plus, les heures et jours d’arrivée et de départ doivent clairement y être mentionnés, ainsi que les taxes incluses et les échéances de paiements.

Et si vous constatez ou êtes victime d’une escroquerie ?

En cas de non-correspondance entre le descriptif du bien locatif et la location effective, plusieurs options s’offrent à vous. Dans un premier temps, vous pouvez en informer l’instance professionnelle à laquelle le loueur est affilié (agence immobilière, groupe internet etc.). Cette dernière procèdera alors à une enquête en interne et pourra prononcer la radiation du bien locatif. Dans le cas où vous décideriez tout de même de poursuivre votre séjour, sachez que vous pouvez exiger une baisse du prix de la location.

En revanche, si le bien locatif en question est insalubre ou totalement impropre à la location, le conseil est de faire venir un huissier qui constatera l’état du logement, et qui pourra ainsi réclamer l’intégralité de la somme au propriétaire. Enfin sachez qu’une plainte pour publicité mensongère est également possible. Pour cela il vous suffit de vous adresser à la Direction de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes.